Suite...Textes 4

Personnages confinés

C'est une cuisine spacieuse et le lampadaire, qui se trouve sur le milieu de la grande table en chêne, avec ses trois bras en fer forgé, crée une ambiance sereine grâce aux céramiques qui protègent les ampoules, finement décorées de fleurs aux multiples couleurs pastel qui donne l'impression que le soleil va apparaître pour illuminer la tarte aux pommes, prête à être partagée, en train de refroidir sur la table ou se trouve un magnifique service à thé identique aux couleurs pastel du lampadaire qui se balance doucement au bout d'une chaîne aussi fine que la délicatesse des décorations de ses céramiques et qui...

Ouais, bon, eh, ho tu crois pas que t'exagères ?

Comment ça, j'exagère ?

Oui, je fais comment moi, pour reprendre mon souffle ? Depuis que je suis rentré dans cette cuisine, je n'ai pas pu m'arrêter un instant. Pas un point d'exclamation, aucun point à la ligne. Ce n'est quand même pas trop demandé de mettre un point de temps en temps, juste pour reprendre son souffle et pourquoi pas, faire le point. Et je suis persuadé que cela donnerait un rythme au texte qui serait sûrement plus intéressant.

Comment ça, plus intéressant ? Et d'abord, tu es qui, toi ? Tu fais quoi ici ?

Tu es au courant que c'est le confinement ?!

Le confi quoi ?

Le confinement ! Mais j'y crois pas, tu sors d'ou ?

Je sors pas de quelque part, je rentre dans une cuisine spacieuse. En tous cas, c'est ce qui est écrit dans mon contract. Regarde, c'est marqué ici : Chapitre trois, il rentre dans une cuisine spacieuse.

Ah, d'accord, tu es nouveau. Excuse-moi mais il y a un problème. Ils ne t'ont pas informé à l'agence que depuis deux semaines tous mes personnages étaient confinés au chapitre deux ?

Interdiction de sortir, alors j'ai du mettre mon roman en sourdine en attendant que la situation s'améliore.

Et si tu es là, c'est juste que j'essayais de commencer le troisième chapitre pour me changer les idées.

Mais comme ils ont prévu un déconfinement par étapes, ce n'est pas facile.

Dans un premier temps, n'ont le droit de sortir que les décors, les pâtisseries et les virgules.
Ce n'est que dans deux semaines que les personnages de romans et le reste de la ponctuation pourront nous rejoindre.

Alors si tu peux patienter deux semaines ça m'arrangerais. Et je peux te dire que tu as de la chance, tu es dans une cuisine spacieuse avec une tarte aux pommes qui ne demande qu'a être dégustée.

Pour les autres personnages de mon roman, c'est moins évident.
Au chapitre deux, ils sont coincé sur un télésiège à 2000 mètres d'altitude.

Alors si tu veux mon avis, si j'étais toi, pour reprendre mon souffle et bien je ferais le poing dans ma poche

Tais-toi et manges

Je mange
Je mange un sandwich
Je mange un sandwich au jambon
Je mange un sandwich au jambon beurre
Je...Ouhais bon, tais toi et mange !
Je me tais en mangeant
Je me tais en mangeant un sandwich
Je me tais en mangeant un sandwich au jambon
Ah non, il ne va pas oser.... ?
Je me tais en mangeant un sandwich au jambon beurre
Il a osé !
J'ai osé !
C'est incroyable , il n'y a qu'avec l'écriture que l'on arrive à faire ça. La personne peut manger, se taire et en plus le dire. Mais surtout avec l'écriture, on peut oser tout faire.

Faire la pluie et le beau temps. On peut même si on veut ,faire de la pluie qui ne tombe pas jusque parterre.
Ah bon...c'est bien ça, mais la pluie elle s'arrête à quelle hauteur ?
Je t'ai dit qu'en écriture, on peut tout faire. Alors disons que la pluie s'arrête à 2 mètres du sol.
Alors là, ça m'intéresse car je trouve qu'il y a un côté très pratique. Est-ce que tu aurais encore une place pour moi si tu écrits ça dans un bouquin ?
Mais tu sais bien que toi, j'arrive toujours à te caser dans un de mes textes.
Oui, c'est vrai, mais pour une fois, c'est moi qui aurait décidé de participer.
Pourquoi pas !? Et bien d'accord, je te laisse rentrer dans mon texte, mais attention, notre contrat reste le même, à part le fait que c'est toi qui a décider de participer, je garde tous les droits.
C'est à dire ?
C'est à dire que je peux te faire dire n'importe quoi et te faire faire n'importe quoi.
Ça ne va pas me changer beaucoup des autres textes auxquels j'ai participé.
Comment ça ?
Mais rappelle toi, une fois je me suis retrouvé à vendre des personnages de romans dans une épicerie. La fois d'après, toujours dans une épicerie, je vendais des mensonges, des bonne paroles et même des insultes.
Oui, d'accord, mais les insultes étaient en action.
Et la fois ou tu me disais qu'il y avait plein de gens qui perdaient leurs temps, j'ai passé au moins trois chapitres à chercher ce temps perdu. J'ai jamais rien trouvé.
Ah, ma foi, il fallait bien lire le contrat avant de le signer, maintenant, c'est trop tard.
Et ne te plains pas tout le temps, je fais quand même attention à toi.
En plus d'être dans mes textes, donc à l'abri, je te nourris. Tu as de la chance, un job ou tu est nourri logé, ça court pas les rues.
Ouais, bon, en parlant de nourris, c'est peut-être l'heure, non ?
Oui, tu as raison, je m'y remets.......j'aimerais pas que tu crèves de faim.
Mon stylo, il est où mon stylo ? Ou j'en étais....ah oui :

Je mange
je mange un sandwich
Je mange un sandwich au jambon.......
Et bien voilà, moi, j'ai plus qu'à me taire .....en mangeant

Page Blanche

Un bloc notes

Un bloc notes vide

Un bloc notes vide, sans rien

Un bloc notes vide, sans rien, tellement sans rien que le rien s'écoule doucement, sans un bruit, tellement discrètement que personne n'y fait attention, tel un morceau de banquise à la dérive.

S'égouttant comme le temps qui passe.

Ce plein de rien a fini par jaunir les pages de ce bloc notes.

Un détail intéressant nous amène à penser que ce bloc notes, vide, sans rien devait se trouver debout sur une étagère, car chaque page jaunie par le rien du temps qui passe l'est d'une façon harmonieuse.

Le jaune pastel du haut des pages, de ce bloc notes, vide, sans rien laisse petit à petit la place à un jaune bien là, bien présent, genre acrylique.

Heureusement que ce bloc notes plein de rien est vide d'idées ainsi que de textes, car le dernier tiers de chaque page serait illisible.

Donc pour continuer les enchères, la mise à prix de ce bloc notes, vide, sans rien est de 25000 frs.

Je vous rappelle qu'il a appartenu à C.-F. Ramuz.

Sa plus belle collection de pages blanches.

Je vous l'accorde, des pages blanches jaunes.

Mais imaginez C.-F. Ramuz, devant ce bloc notes, à se demander quoi écrire pendant des journées entières, sans pouvoir aligner deux mots.

Ça n'a pas de prix !!!